fcveb

Rencontre avec Il était un fruit

Qui êtes-vous ?

Je suis Laure Vidal, fondatrice de la société Il était un fruit.

Qu’est-ce qui vous a pris de vous lancer dans cette aventure ?

Mère de 2 enfants, je recherchais, pour faire manger plus de fruits à mes filles, des alternatives aux compotes en gourdes (pauvres en fibres…et tellement riches en emballages !), aux fruits frais (pas toujours très pratiques) et aux fruits secs (trop additivés et souvent supplémentés en sucres). J’ai donc investi dans un petit déshydrateur ménager que j’ai installé dans mon garage. Habitant près de Montpellier, dans un bassin riche en fruits, je séchais tout ce qui me passait sous la main, et faisais goûter à mes filles avec une exigence : sans sucre, sans conservateur, que du fruit. Il y a eu des ratés mais en général elles ont adoré : la machine était lancée, l’innovation était là, et Il était un fruit voyait bientôt le jour.

Quels sont vos partis pris en tant que producteur ?

Il était un fruit est une entreprise souhaitant faire du bien à ses consommateurs en leur proposant un produit sain, naturel et toujours 100% origine France.

Anciennement consultante en environnement, je souhaitais également établir des relations durables avec les agriculteurs afin de valoriser au mieux les écarts de fruits, améliorer l’économie de la filière et limiter le gaspillage agricole. Et oui, nous utilisons des fruits « moches », mais super bons à l’intérieur 😉 .

Pour vous, vrac rime avec… ?

Pour moi, le vrac c’est … le plus souvent possible ! Dès que l’on peut limiter les emballages, il faut le faire, pour réduire notre empreinte environnementale. A la maison, c’est : boîte à goûter pour les enfants, pots remplissables pour les tisanes, les fruits secs …et depuis peu pailles en métal réutilisables (merci @day by day !).